Les objectifs de l’actionnariat salarié

En France, l’actionnariat salarié est l’aboutissement d’une longue histoire qui prend notamment ses racines dans le catholicisme social et le Socialisme Humaniste. Porté par des chefs d’entreprise audacieux comme Paul Ricard et des hommes politiques de sensibilités différentes (René Capitant, Jacques Chaban-Delmas, Jacques Delors), il préconise l’association du capital / travail et la réconciliation économie/social. Il souhaite favoriser le passage du salarié ou de l’employé du statut de « sujet » à celui « d’associé ».
Plusieurs millions de salariés français sont ainsi devenus actionnaires de leur entreprise à l’initiative des Pouvoirs Publics mais aussi de propriétaires d’entreprises privées.

Les Actionnaires- Salariés sont organisés généralement en associations dans leurs entreprises. Une Fédération nationale (FAS) a pour vocation de les représenter et de les défendre auprès des instances françaises, européennes et internationales.

Etre actionnaire, c’est être à la fois copropriétaire d’une entreprise et un investisseur. C’est donc accepter de prendre des risques sur le capital comme sur les revenus (dividendes). Une action n’est pas un placement stable comme le Livret A. Elle connaît des variations qui sont fonction de beaucoup de paramètres (situation économique générale, confiance dans le modèle d’affaires et/ou dans les dirigeants, rentabilité financière, qualité des productions….). Le vrai actionnaire n’est pas un spéculateur qui fait des coups mais un partenaire qui a confiance dans l’entreprise qu’il a choisie.

Le salarié contribue directement au fonctionnement de l’entreprise et perçoit une rémunération qui lui permet notamment de vivre. Il engage durablement son temps, son énergie et ses capacités dans son entreprise.

En conséquence, un salarié actionnaire est à la fois un copropriétaire et un collaborateur de son entreprise. Il contribue doublement à l’enrichissement du patrimoine commun.

* Dans les périodes difficiles, l’entreprise a besoin de tous pour s’adapter. Elle
n’est pas un simple tiroir caisse devant rémunérer des capitaux « extérieurs ». Elle répond d’abord à un besoin. Sans clients, pas d’entreprise possible. Sans collaborateurs, pas de production de richesses. Sans financement, pas de moyens pour exister. Sans l’Etat et les Pouvoirs Publics, pas de confiance possible. Tous sont nécessaires.

Quand l’intérêt de l’entreprise est en cause, les actionnaires salariés ne doivent pas hésiter à intervenir auprès des décideurs internes et externes : les autres actionnaires, les Partenaires Sociaux, la Direction, les Pouvoirs Publics….

Pour eux, l’entreprise est non seulement leur outil de travail et un patrimoine mais elle est aussi une communauté humaine vivant dans un environnement économique, social et culturel dont ils sont solidaires.

Les commentaires sont fermés.