L’actionnariat provoque il des bulles boursières

Un article de la fédération européenne des actionnaires salariés relaie la question est posée par un analyste américain au vue d’une montée soudaine des cours de la bourse de Shanghai
voir
La question est évidemment polémique et résulte d’une série d’annonces d’entreprises chinoises mettant en place des plans d’actionnariat salariés.

De façon plus générale, on peut se poser la question de l’influence des fonds d’actionnariat salariés sur les cours de Bourse. on peut distinguer plusieurs cas:

Au moment de l’attribution des actions:
Pour pouvoir attribuer les actions, il faut soit en disposer, soit en acheter, soit en créer.
Cas N° 1: les actions ont été acquises antérieurement. La distribution correspond à une diminution de l’autocontrôle, sans normalement avoir d’influence sur les cours.
Cas N° 2: L’entreprise achète les actions qu’elle va distribuer. Dans ce cas, le courant d’achat produit une « pression acheteuse » et tend donc soit à stabiliser le cours si par exemple les achats se fond à un seuil donné, soit à augmenter le cours si les achats se font « à tout prix »
Cas N°3: L’entreprise crée des actions nouvelles … cela correspond à faire plus de part d’un même gâteau ! les parts deviennent plus petites … et le cours risque donc de baisser.

Au moment de la vente, il peut aussi se produire plusieurs cas:
Cas 4: dés qu’elles sont reçues, les actions sont revendues par les actionnaires salariés. Ce cas est en général découragé par la perte d’avantages fiscaux liés à une obligation de conservation plus ou moins longue! (mais l’obligation n’existe pas dans tous les pays!). dans ce cas, si tout le monde vend, les cours baissent. Ce peut-être le cas si les actions sont attribuées à des salariés à faibles revenus et qui ont un besoin immédiat d’argent liquide. Ce peut être aussi le cas si les salariés n’ont pas confiance dans l’avenir de la société.
cas 5 : les actions sont revendues immédiatement à l’issue de la période de blocage. L’anniversaire de la distribution provoquera donc une chute des cours.
Cas 6 : les actions sont revendues par les salariés partant à la retraite: l’impact boursier sera proportionnel à l’effectif de la classe d’âge détentrice d’actions ou plus précisément au montant des fonds vendus par les partants
Cas6 : crise de confiance au sein de la société: tout le monde vend, les cours baissent, la panique entraine la chute qui entraine la panique …

Pas de fatalité donc mais des phénomènes à prendre en considération lorsque le montant des fonds distribués dépasse de façon significative le volume quotidien des actions échangées.
Danger donc pour les petites structures et faible impact probable pour les autres.

Cette entrée a été publiée dans Actionnariat, Partenaires. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>