Bienvenue sur le site ADPACNP

Bienvenue sur le nouveau site de l’association des actionnaires salariés de CNP Assurances
Vous y trouverez des points de vues très divers sur l’économie et sur le monde et peut-être même des idées pour faire fortune
Nous nous efforcerons de faire vivre ce site en y intégrant vos questions et vos curiosités
Bonne navigation vers ce nouveau chemin:

Ne manquez pas de suivre chaque jour l’actualité avec la chronique du site INSOLENTIAE
et retrouvez nos articles sur l’économie, la Bourse, l’Europe, le Monde et même sur CNP Assurances

Publié dans Accueil | Laisser un commentaire

Les actionnaires de CNP Assurances dans le brouillard

Lorsqu’une entreprise qui s’appelait autrefois Caisse Nationale de Prévoyance se fait absorber, on ne peut s’empêcher de dire que côté prévoyance, c’est plutôt un peu raté.

Mais après tout, le choix d’être un acteur spécialisé dans l’assurance sans réseau commercial propre et se limitant à offrir ses services à des réseaux bancaires était un choix audacieux qui nécessitait une force de conviction exceptionnelle vis-à-vis des réseaux  bancaires ou un pouvoir de coercition exercé par l’actionnaire commun.

Les lois « prudentielles » émises ces dernières années ont imposé aux assureurs de placer l’essentiel des fonds des assurés dans des obligations d’état, ceux-ci étant supposés ne jamais faire faillite, comme chacun sait.

La Caisse des Dépôts ayant du se défaire de ses activités du domaine concurentiel, les bijoux de famille qu’étaient La Poste, les Caisses d’Epargne et la CNP ont été dispersés et comme dans les bonnes familles ont entamé des luttes de rivalité. Dans ces luttes, CNP Assurances ne pouvait survivre que dans un esprit de coopération des deux réseaux bancaires … Les jeux semblent faits, Les Caisses d’Epargne se veulent indépendantes et c’est le seul gros client de CNP Assurances à savoir La Poste qui récupère l’assureur.

Et les actionnaires là dedans? Relevons que dès le départ, l’actionnariat indépendant était minoritaire, l’état, la Caisse des dépôts, la Poste et les Caisses d’Epargne ayant les moyens de piloter l’entreprise sans se soucier des actionnaires minoritaires.

Pour le reste, tant que la politique de l’actionnaire consiste à faire remonter un gros bénéfice vers la maison mère, il n’y a pas de raison pour que le rendement de l’assureur diminue. Quand à espérer l’entrée d’autres partenaires au capital et la mise sur le marché d’une part significative du capital, il y a peu d’espoir que cela se fasse sauf si le nouvel actionnaire majoritaire, à savoir la Poste avait la volonté de se recentrer sur le métier bancaire et voulait récupérer du capital en cédant une partie de ses actions à un nouvel actionnariat.

Pour ce qui est des actionnaires salariés, on ne peut que constater leur faible mobilisation sur le sujet, la position de salarié étant difficilement compatible avec l’adhésion à une démarche critique du gouvernement de l’entreprise.

Il existe maintenant le risque d’une gouvernance par un unique actionnaire qui pourrait être tenté de faire remonter des bénéfices à la maison mère par d’autre moyens que par la rémunération des actions. Ces techniques, bien connues des multinationales consistent à facturer à la filiale les « expertises » ou les moyens fournis par la maison mère, ou bien à obliger la filiale à travailler à des prix trop faibles pour pouvoir dégager des bénéfices.

L’autre risque majeur à savoir le risque d’une crise systémique provoquée par une remontée brutale de l’inflation qui inciterait les assurés à retirer très vite leur capitaux persiste ainsi d’ailleurs que la possibilité pour l’état d’inaugurer une politique de « contributions exceptionnelles » pour éponger ses dettes. Après tout, le Roi de France brûlait bien ses créanciers, Templiers, Juifs ou gros marchands pour « éteindre » ses dettes.

Mais demain est un jour nouveau et peut-être que sous la houlette de dirigeants dynamiques, CNP Assurances entamera une nouvelle vie vers plus de notoriété, plus de croissance et la capacité à apporter à tous ses assurés non seulement un havre pour leur épargne mais un appui réel tout au long des aléas de la vie.

H.L.

Publié dans Accueil, Actionnariat, Assurances, Bourse, Partenaires, Uncategorized | Laisser un commentaire

La révolution robotique

Les robots remplacent progressivement les humains dans l’industrie
Dotés des nouvelles techniques d’intelligence artificielle ils s’attaquent à l’ensemble des « services » qui forment l’emploi dans nos sociétés modernes.
Autant dire que sous sa forme actuelle, l’économie basée sur le salariat, mais aussi les circuits économiques qui alimentent l’état (et donc les fonctionnaires comme les retraités et les chômeurs) va subir de profonds changement
Après tout, on annonçait depuis les années 1960 l’approche d’une merveilleuse « civilisation des loisirs » …
Pour suivre les innovations robotique (ou la progression de l’invasion) le site https://www.larobolution.com/ est à suivre

Publié dans Economie, Robotisation, innovation | Laisser un commentaire

Faut-il avoir confiance dans les dettes souveraines ?

C’est un thème qui revient régulièrement et qui concerne tout particulièrement ceux qui pensent qu’en prêtant aux états, ils jouent la sécurité.
L’histoire montre que les états font périodiquement faillite, soit en « annulant » les dettes antérieures, solution courante après un changement de régime politique soit en manipulant l’arme insidieuse de l’inflation.
Dans tous les cas, comme pour un emprunteur normal, la loi de bon sens s’applique

  • soit il gagne plus que la somme de ses dépenses courantes et on peut lui prêter en toute sécurité surtout su l’emprunt sert à créer de nouvelles richesses
  • soit il dépense plus qu’il ne gagne est ses emprunts servent à rembourser ses dettes auquel cas, la faillite arrivera tôt ou tard!

Dans ce sens, La France comme les états Unis, mais bien d’autres aussi sont des banqueroutiers en puissance
Il semblerait que certains investisseurs professionnels s’en rendent compte!
lire l’article

Publié dans Assurances, Bourse, Economie, Uncategorized | Laisser un commentaire

Un Titanic nucléaire ! une innovation russe

Tout le monde n’a pas peur du Nucléaire et Tchernobill n’a rien appris aux Russes!

L’article dont le lien suit montre une nouvelle prouesse technique de la Russie

Lien article

Comme le disait un certain Rabelais:
« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Et La Fontaine ajoutait
« Hélas on voit que de tous temps
Les petits ont pâti des sottises des grands
 » (Livre II fable IV)

Publié dans Ethique, innovation | Laisser un commentaire

Quand l’immobilier tremble!

Un article intéressant du site Insolentiae montre que plusieurs actions convergentes menacent le secteur immobilier et que les premiers chiffres de l’année annoncent un ralentissement
-nouvelles normes renchérissant le prix des constructions
- insolvabilité croissante des acquéreurs
- imposition accrue sur l’immobilier
- baisse des aides à l’achat

un cocktail explosif!
voir l’article L’immobilier vacille

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Quand les robots remplaceront les salariés

Ce qu’on appelle l’intelligence artificielle des robots va semble-t-il bientôt permettre aux robots de remplacer les salariés pour l’exécution des tâches administratives.

Le facteur déterminant du changement, c’est actuellement la recherche de productivité

Le paradoxe reste que si les entreprises gagnent en productivité et peuvent produire plus pour moins cher, en supprimant le pouvoir d’achat des salariés elles réduisent aussi leur marché … et n’ont plus intérêt à investir …

Sur les mutations envisageables, voici une intéressante interview de Bernard STIEGLER
Le conférencier montre aussi que lorsque les automates dirigent, les savoirs se perdent et les catastrophes se produisent…
La séquence youtube propose aussi d’autres conférences sur le même sujet…

Actionnaires salariés, vous ne serez bientôt plus que des actionnaires non salariés!

Par contre, il y a des gens heureux de regarder travailler leurs robots:

Publié dans Actionnariat, Economie, Robotisation, innovation | Laisser un commentaire

L’actionnariat salarié et les syndicats

Certains s’étonnent parfois des réticences manifestées par certains syndicats vis-à-vis de l’actionnariat salarié

On peut y trouver au moins quatre sortes de raisons:

  • La preuve d’un solide bon sens
  • Une certaine inculture financière
  • Un certain scepticisme quand à l’intérêt réel pour les salariés
  • Les séquelles d’une culture idéologique de gauche

La preuve d’un solide bon sens

En considérant qu’un « tient » sous forme de salaire vaut mieux qu’un « tu l’auras » sous forme de placements financiers, on trouve là un réflexe que l’on peut qualifier de « primaire » mais qui après tout s’est avéré parfaitement justifié dans un certain nombre de cas.

Mais comme toujours, le « bon sens » n’est pas toujours la meilleure réponse et il importe d’évaluer les situations sur des bases plus factuelles.

Une certaine inculture financière

Cet argument est souvent donné pour justifier les réticences des syndicats. Il est en partie vérifié dans la mesure où la culture financière des syndicalistes, comme celles des salariés et d’une bonne partie de la population n’est pas toujours très développée.

Encore ne faut-il pas abuser de cette explication, car les syndicalistes sont souvent plus informés (peut-être même mieux) que la moyenne de la population du fait de leur accès à des formations économiques dispensées par les syndicats.

Un certain scepticisme quand à l’intérêt réel pour les salariés

Cette explication parait tout à fait valable dans beaucoup de cas. En effet, lorsqu’on constate dans beaucoup d’entreprise qu’une partie importante des salariés est chargée de dettes et consacre une partie notable des salaires à des remboursements de crédits, la distribution d’une action assimilable à une rente à 2 ou 3% parait un placement beaucoup moins intéressant qu’un remboursement immédiat d’un crédit à 6 ou 20%

De plus, les sommes distribuées sont en général proportionnelles aux salaires et ne représenteront jamais des montants extravagants pour la plupart des salariés. Seuls les cadres voir même les cadres dirigeants vont pouvoir réellement bénéficier de versements permettant d’alimenter un portefeuille significatif.

Enfin les individus en général et les salariés en particuliers cherchent le plus souvent des certitudes de revenus en fonctions de leurs responsabilités familiales ou des charges qu’ils ont par ailleurs. Le caractère  plus ou moins aléatoire ou risqué de l’investissement en action se trouve être à l’opposé de leur besoin fondamental de sécurité.

Les séquelles d’une certaine idéologie de Gauche

Un rapport d’une commission sénatoriale consacrée à l’investissement salarié résumait l’histoire économique en trois phrases:

  • Le XIXème siècle a été celui de l’affrontement entre le capital et le travail.
  • Le XXème siècle celui de la normalisation des rapports sociaux grâce au développement des syndicats et des politiques contractuelles, puis, dans sa deuxième partie, celui de la découverte des solidarités au sein de l’entreprise à travers la participation.
  • Le XXIème siècle doit être celui de l’association du capital et du travail grâce à la détention d’une partie du capital par les salariés. C’est la seule voie qui permette aux entreprises de notre pays de ne pas sombrer dans l’anonymat des rapports sociaux et, de surcroît, de ne pas succomber à une domination des groupes financiers internationaux.

Dans ce contexte, tous ceux qui sont attachés à des formes variées d’analyse des rapports de force sociaux sous l’éclairage de la lutte des classe resteront toujours réticents à s’engager dans un processus de « collaboration » non conflictuel qui les prive d’une grille d’analyse et du statut valorisant de « défenseur des travailleurs »

Dans un prochain article, je vous proposerai quelques clefs de lecture qui montre qu’au contraire dans certaines conditions l’actionnariat salarié peut devenir un contre-pouvoir efficace aux jeux capitalistes

Publié dans Actionnariat | Laisser un commentaire

L’année 2007 en chiffres

Si l’on regarde le dollar,
il est passé de 0,947 euros à 0,832 c’est-à-dire qu’il a baissé de 13% par rapport à l’Euro
Si l’on regarde l’or,
l’once est passé de 1173 $ à 1306 $ à
tandis que le lingot passait de 35450 € à 34750€ c’est-à-dire une légère baisse en Euro (1,8%) et 11% de hausse en $

Le baril de pétrole (Brent)
est passé de 57,09$ à 66,73$ soit presque 17% de hausse
Le cuivre
est passé de 5560$ la tonne à 7253 soit 30% de hausse

La dette américaine
est passée de 19 000 Milliards de $ à plus de 20 0000 milliards de dollars en moins d’un an
Le site ci après simule un rythme de 4 milliards de dette supplémentaire chaque jour

L’énorme masse d’argent créée par les banques centrales alimente pour le moment plus la spéculation sur les produits financiers que l’inflation au quotidien. Cependant, on doit envisager de plus en plus la possibilité d’un krach du dollar ce qui ruinerait progressivement les détenteurs de dollars (ceux qui vendent aux Américains) …. Sauf si en contrepartie, un autre support (l’or ou le yuan) compense la perte.
Sur le plan géopolitique, les Américains ruinés disparaîtraient de la diplomatie mondiale faute de moyen de financer leurs activités. Et l’industrie américaine deviendrait ultra compétitive … pour ce qu’elle fabrique mais pas pour les matières premières qu’elle importe.

mais le CAC 40 est passé de 4862 à 5312 soit plus de 9% de gain

La population mondiale dépasse 7,5 milliards d’habitant et croit de 82 millions chaque année

Les 8 milliardaires les plus riches détiennent la même richesse que la moitié de la population la plus pauvre lire ou encore cette video

Bonne année 2018

Publié dans Bourse, Economie | Laisser un commentaire

Le déclin du Dollar

Après la Chine, l’Iran ou la Russie c’est maintenant la Turquie, qui sans abandonner le dollar comme monnaie d’échange cherche à en diminuer l’importance

Les raisons données sont très clairement exprimées par Ankara dans l’article ci-dessous

Compte tenu des grosses pénalités imposées aux banques, on peut supposer qu’une partie des transactions interbancaires se déplaceront également vers d’autres monnaies.
Il reste que tant que les Etats-Unis restent les plus gros acheteurs de biens de toutes sortes, les dollars prolifèreront … pour autant qu’on puisse en faire quelque d’autre qu’un montant de réserve.

Publié dans Economie | Laisser un commentaire

Actionnariat salarié : on en parle dans la Presse

A l’occasion du projet de loi Macron destiné à simplifier le calcul des taxes appliquées à l’épargne, simplification aux dépens des épargnant, l’actionnariat salarié a fait l’objet de quelques articles.

En voici un paru dans la revue Décideurs Magazine supposé convaincre les « décideurs » qu’il est utile et avantageux de mettre en place un actionnariat salarié dans leur entreprise.
pour des raisons techniques de taille du document, le texte a été retranscrit intégralement.
N’hésitez pas à faire des commentaire sur les arguments présentés!

  • Six arguments plus un de mettre en place un actionnariat salarié large! Téléchargez
Publié dans Actionnariat, Uncategorized | Laisser un commentaire